Dans ce monde étrange, les plantes carnivores se comportent comme des animaux et font fantasmer l’imaginaire humain. Originaires de milieux pauvres et humides, ces plantes carnivores (ou plutôt insectivores) se cultivent aujourd’hui très bien en tant que plantes d’intérieur. Leur durée de vie n’est souvent que de quelques mois, au mieux quelques années. Toutefois, elles ont l’art d’être fascinantes et faciles à vivre !

Caractéristiques des plantes carnivores

Il existe un peu moins de 600 espèces de plantes carnivores recensées à travers le monde. Toutefois, il en reste certainement d’autres à découvrir. C’est Charles Darwin qui a été le 1er à écrire un traité sur les plantes carnivores en 1875.  

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, aucune plante carnivore n’est dangereuse pour l’homme. Le terme « carnivore » qui est employé pour les décrire n’est pas tout à fait exact puisque la grande majorité de ces plantes sont en réalité insectivores. Exception faite de la plante Nepenthe qui, du fait de son immense taille dans son milieu naturel, peut attraper des petits animaux. 

Plantes carnivores : Comment fonctionnent-elles ?

Les plantes carnivores sont des végétaux qui survivent en partie grâce à la photosynthèse et aux nutriments fournis par le sol. Les plantes carnivores ont tendance à se développer dans des sols assez pauvres. Afin de pouvoir se nourrir davantage, l’évolution les a dotées d’une caractéristique particulière : capturer et digérer de petites proies. 

Pour cela, chaque plante carnivore a développé avec les années des pièges aussi variés qu’il existe d’espèces. Ces pièges peuvent se répartir en 2 catégories : les pièges passifs et les pièges actifs. 

Les pièges passifs attirent leurs proies à l’aide d’artifices olfactifs. Puis, la plante capture ensuite ses proies à l’aide d’une substance collante, de drogues, et même en les noyant. 

Les pièges actifs, quant à eux, utilisent un système semblable à une mâchoire. Le piège se referme sur la proie qui reste ainsi captive à l’intérieur de la plante carnivore.

Quelques variétés de plantes carnivores

Nous vous présentons certaines espèces de plantes carnivores parmi les plus populaires. Et vous pourrez constater que l’entretien de la plante carnivore n’est pas si compliqué !

L’attrape-mouches, la plante à mâchoires

L’attrape-mouches, ou dionaea muscipula, est originaire des États-Unis. Cette dernière est une plante carnivore se nourrissant de mouches et d’autres petits insectes volants. C’est l’une des plantes carnivores les plus populaires avec ses feuilles en forme de mâchoires qui sont de véritables pièges pour les insectes. La plante produit quelques fleurs blanches isolées au début de l’été. Elle n’aura toutefois pas une floraison aussi impressionnante qu’une plante fleurie d’intérieur. 

L’attrape-mouche doit être installé dans un endroit tamisé et relativement humide. Il est conseillé de l’arroser en trempant le pot dans l’eau tous les trois jours tout en évitant de laisser de l’eau stagnante, car la plante est sensible à la pourriture. En hiver, elle doit être peu arrosée. Durant cette période de repos, l’attrape-mouche peut disparaître en surface de la terre pour ressurgir au printemps.

Le céphalote à follicules : le carnivore australien

Le céphalote à follicules, ou cephalotus follicularis, est originaire du sud-ouest de l’Australie. Il se distingue par sa forme de tête, avec des fleurs blanches en formes d’urnes recouvertes par un couvercle. Ce sont les feuilles de la plante carnivore qui produisent un liquide qui attire les insectes.

Cette plante a besoin de beaucoup de luminosité sans être exposée aux rayons solaires directs. Le céphalote à follicules aime l’humidité et il doit être arrosé tous les trois jours, sauf en hiver ou le substrat doit sécher en surface durant la période de repos.

Le rempotage de la plante a lieu au printemps avec un mélange de tourbe et de sable dans un pot large et peu profond. Bien entretenue, elle peut vivre jusqu’à 5 ans.

Le darlingtonia : surnommé le lis cobra

Le lis cobra, ou darlingtonia californica, est originaire des Etats-Unis et se caractérise par la forme de ses feuilles qui évoque la langue d’un serpent. Cette plante carnivore des marécages produit également quelques petites fleurs en forme de clochettes durant l’été.

Le darlingtonia a besoin d’être disposé dans une atmosphère confinée et très humide, idéalement près d’un bassin. Il est indispensable de le vaporiser régulièrement et de le protéger des rayons solaires. L’apport d’engrais ou de fertilisant est déconseillé. La plante peut en revanche être rempotée au printemps, lorsqu’elle commence à devenir à l’étroit dans son pot. Bien maintenue, elle peut atteindre 1 mètre de haut et vivre jusqu’à 5 ans.

Le droséra : le cauchemar des insectes

Le droséra, ou rossolis, est originaire d’Australie et est réputé pour être le véritable cauchemar des insectes. Ses feuilles sont, en effet, armées de poils gluants qui ne laissent aucune chance à leurs proies.

Ce carnivore a besoin de beaucoup de luminosité sans soleil direct et d’une atmosphère humide. Il est conseillé de baigner régulièrement la base de son pot durant l’été et de laisser le substrat humide le reste de l’année. Si le droséra n’hiverne pas, il a en revanche besoin d’une température constante. 

Il est déconseillé de lui administrer de l’engrais ou de mouiller ses feuilles, qui risquent de pourrir. En pot, la durée de vie des droséras dépasse rarement 1 ou 2 ans.

La grassette : la carnivore de l’hémisphère nord

La grassette, ou pinguicula, appartient à la famille des lentibulariacées et est originaire des zones marécageuses de l’hémisphère nord. Elle se caractérise par un feuillage large et enroulé dont la substance collante attire et piège les insectes.

Cette plante carnivore préfère la mi-ombre et s’épanouit dans une atmosphère humide. Le substrat doit être mouillé en permanence et il est possible de laisser de l’eau stagner au fond de la coupelle, sauf en hiver. Il est déconseillé de lui administrer de l’engrais et d’exposer la plante à des températures élevées.

Le népenthès : la plante piège

Le népenthès est une plante carnivore originaire d’Asie du Sud-Est et d’Océanie. Avec ses feuilles en forme d’urnes et ses excroissances dentées, le népenthès est un véritable piège pour les insectes. Une fois à l’intérieur, ils deviennent les proies de poils raides et d’un liquide digestif qui ne leur laissent aucune chance d’en réchapper.

Ce carnivore doit être protégé des rayons directs du soleil, des courants d’air, et apprécie une atmosphère humide. Sa terre doit être arrosée en permanence, sans laisser d’eau stagnante dans la coupelle. Le népenthès peut être rempoté tous les 2 ans au printemps dans un contenant profond. 

Dans son milieu naturel, le népenthès est une plante carnivore géante qui peut atteindre des dimensions impressionnantes et ingurgiter des grenouilles et des araignées.

Le sarracenia : le carnivore canadien

Le sarracenia est une plante carnivore originaire du Canada. Il se caractérise par un feuillage en forme de cornet, couché au sol ou vertical, qui est un piège redoutable pour les insectes. 

Le sarracenia aime le plein soleil, la chaleur et l’humidité, voire la moiteur. L’arrosage doit être régulier en été et à l’automne. Il suffit de l’humidifier une fois par semaine le reste de l’année. 

Le rempotage est possible tous les 2 ans dans un pot large et profond, sans ajout de fertilisant.

Bien entretenu et à l’abri du gel, ce carnivore peut atteindre 1 mètre de hauteur et vivre jusqu’à 5 ans.

Dans votre intérieur, les plantes carnivores apportent incontestablement une touche d’exotisme au même titre que les orchidées !

1 réflexion sur “Tout savoir sur les plantes carnivores”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page