Deuil

Du deuil normal au deuil pathologique : symptĂŽmes, causes et traitements

Etre confrontĂ© Ă  la mort est toujours source de traumatisme, Ă  des degrĂ©s divers. C’est une expĂ©rience tout Ă  fait hors-norme, qu’il s’agisse de la perte d’un collĂšgue, d’un ami ou d’un parent, et parfois mĂȘme d’un inconnu (dans certaines catastrophes naturelles ou de transports collectifs par exemple). En effet, la disparition d’une personne, et a fortiori d’un ĂȘtre cher, renvoie chacun Ă  sa propre finitude et pose des questions existentielles qui ne font pas partie, d’habitude, de notre quotidien.

Comment surmonter le dĂ©cĂšs d’un collĂšgue de travail ?

Un collĂšgue, pour beaucoup de salariĂ©s, est souvent une personne avec laquelle on passe davantage de temps dans la semaine qu’avec sa propre famille. Alors la disparition de cette personne-clef du quotidien de chacun est souvent un moment particuliĂšrement difficile Ă  apprĂ©hender. Qu’il s’agisse d’un collĂšgue devenu, au fils des ans, un ami, ou bien avec qui on entretient des liens plus distants et professionnels, il est toujours complexe de faire face Ă  un dĂ©cĂšs : par dĂ©finition, cet Ă©vĂ©nement tragique frappe une femme ou un homme encore en Ăąge de travailler.

Comment traverser au mieux les Ă©tapes du deuil

Dans nos sociĂ©tĂ©s modernes, la façon de vivre son deuil a largement Ă©voluĂ© ces derniĂšres dĂ©cennies. Il suffit de se souvenir qu’au siĂšcle dernier les manuels de biensĂ©ance prĂ©conisaient de s’habiller en noir pendant deux ans pour les femmes (dont une annĂ©e en portant un voile de tulle sur le visage) et un an pour les hommes, en cas de veuvage…on mesure alors le changement important des comportements aprĂšs un dĂ©cĂšs. Les individus, comme la sociĂ©tĂ© dans son ensemble, exprime diffĂ©remment l’immense douleur que reprĂ©sente toujours la perte d’un ĂȘtre aimĂ©.

Refus de don d’organes: ce que dit la loi sur le consentement du donneur

La perte d’un proche est trĂšs souvent un moment de douleur extrĂȘme, que l’entourage du dĂ©funt ou de la dĂ©funte doit affronter dans la plupart des cas sans y ĂȘtre prĂ©parĂ©. A la peine s’ajoute l’obligation d’organiser les obsĂšques et la succession, avec la charge Ă©motionnelle et les nombreuses contraintes pratiques que cette tĂąche difficile reprĂ©sente. Parmi les questions qui se posent le plus rapidement aprĂšs le dĂ©cĂšs figure celle du don d’organes. Respecter les derniĂšres volontĂ©s de la personne tout juste disparue est une obligation morale et lĂ©gale qui s’impose non seulement Ă  ses proches, mais aussi Ă  l’équipe mĂ©dicale qui l’a prise en charge. Pour autant, il n’est pas toujours aisĂ© de connaĂźtre prĂ©cisĂ©ment ces derniĂšres volontĂ©s, ni de bien saisir dans ce moment trĂšs troublĂ© ce que dit la loi. Focus sur les rĂšgles de consentement du donneur en matiĂšre de don d’organes.

Deuil périnatal : un sujet tabou pour un véritable traumatisme

Est-il au monde une douleur plus cruelle, plus aiguĂ«, que celle de la perte d’un enfant ? Nous ne sommes ni philosophiquement ni biologiquement prĂ©parĂ©s Ă  survivre Ă  notre descendance. Lorsque cette tragĂ©die survient, les parents sont alors confrontĂ©s Ă  l’étrange solitude des chagrins trop immenses pour ĂȘtre dits. Le deuil pĂ©rinatal enferme donc souvent dans un silence, crĂ©ant ainsi une sorte de tabou autour d’un traumatisme insurmontable.

Les démarches administratives suite à un décÚs

Pour les proches du dĂ©funt, la perte d’un ĂȘtre cher est une Ă©preuve Ă©motionnelle mais aussi parfois un moment de gestion dĂ©routante et pĂ©nible: Ă  cette occasion de nombreuses dĂ©marches administratives doivent ĂȘtre effectuĂ©es. Or, chaque deuil est un cas unique. MĂȘme avec la plus grande proximitĂ©, entre conjoints ou parents par exemple, il est toujours difficile de connaĂźtre chaque dĂ©tail de la vie du dĂ©funt: sa situation financiĂšre, sa situation en terme de logement ou d’emploi,  sa situation fiscale…Pourtant, le dĂ©cĂšs est par excellence un des moments lors desquels il est le plus indispensable de prendre des dĂ©cisions importantes dans des dĂ©lais souvent brefs.

Transformer un compte Facebook en compte de commémoration

De notre naissance au jour de notre disparition, les rĂ©seaux sociaux nous accompagnent et sont devenus une chronique presque quotidienne de notre vie. Tous les moments importants pour la famille, les enfants, les amis et collĂšgues, y sont stockĂ©s sous forme de photographies, de selfies, de vidĂ©os, ou de messages postĂ©s sur un mur. C’est encore plus vrai pour le rĂ©seau Facebook, de loin le prĂ©fĂ©rĂ© des Françaises et des Français qui sont plus de 35 millions Ă  l’utiliser activement chaque mois.

Comment faire rédiger et respecter ses derniÚres volontés ?

Un dĂ©cĂšs est toujours un moment de douleur, de peine et de trouble mais aussi de dĂ©marches diverses qui peuvent s’avĂ©rer particuliĂšrement pĂ©nibles pour les proches du dĂ©funt. Organiser des obsĂšques correspondant avec prĂ©cision Ă  la personnalitĂ© et Ă  la vie de la personne disparue n’est pas toujours chose aisĂ©e, surtout si des dĂ©saccords surviennent au sein du cercle familial.

Retour haut de page