Dans l’imaginaire collectif, les cérémonies funéraires sont habituellement conclues par l’inhumation du défunt. Même s’il ne s’agit pas encore de la pratique la plus courante, la crémation est de plus en plus fréquente. Pourtant, la crémation et les modalités crématoires ainsi que son déroulement restent encore méconnue. Elle est autorisée depuis 1887 en France, mais elle n’a gagné en popularité que depuis une vingtaine d’années. Comme cette pratique n’est pas encore largement répandue, il y a de nombreuses questions que l’on se pose concernant la crémation. Il existe aussi une méconnaissance du sujet qui laisse des préjugés. Certains par exemple excluent l’incinération parce qu’ils veulent absolument être enterrés. Pourtant, saviez-vous qu’une la crémation n’exclut pas forcément un enterrement ? En effet, la poussière est contenue dans l’urne funéraire, qui peut très bien être enterrée. D’autres préféreront un columbarium, alors qu’il est également possible de disperser les cendres, même s’il y a quelques règles à respecter. Savez-vous combien coûte la cérémonie et le processus de crémation ?

Les étapes de la crémation

Tout d’abord, il faut préciser que le terme incinération est souvent utilisé comme synonyme de crémation. Il nous arrive aussi de l’utiliser car il s’agit du mot le plus utilisé dans le langage courant. Pourtant, cette utilisation est impropre car l’incinération concerne les objets que l’on place dans un incinérateur. On parle aussi d’incinération lorsque l’on brûle des déchets médicaux dans les hôpitaux. D’autant plus que l’incinération veut dire littéralement « mettre en cendres », alors que le corps est sublimé (réduit en gaz et en poussière) et non réduit en cendres.

Après la mise en bière, l’exposition ou non du corps à la famille et la cérémonie, le cercueil est emmené au crématorium. Le processus de crémation est scrupuleusement contrôlé dans tous les crématoriums de France. Le cercueil et le corps ne sont jamais au contact des flammes. Il s’agit d’un four chauffé à environ 850°C qui réduit le corps en cendre. Les cercueils prévus pour la crémation sont fabriqués de telle sorte que seuls les restes du corps se retrouvent dans les cendres. Il ne s’agit d’ailleurs par de cendres à proprement parler mais de poussières.

Le processus d’incinération dure environ 90 minutes. Lorsque le corps se sublime, il est transformé en gaz et en poussière. S’il reste des impuretés, comme des fragments d’os, ils doivent être broyés, comme l’oblige la législation françaises. Les éventuelles prothèses que portaient le défunt sont remis à la famille ou recyclées. Les cendres sont ensuite mises dans un cendrier, qui est placé dans une urne et rendues à la famille qui attend dans un salon.

Le prix de la crémation varie

En réalité, le prix d’une crémation dépend de votre lieu d’incinération. Nous allons vous détailler les coûts auxquels il faut s’attendre si la personne décédée avait exprimé la volonté de se faire incinérer. Il existe différents frais qui concernent les obsèques et qui viennent s’ajouter aux frais des services funéraires : la préparation du corps, les services crématoires fournis par les crématistes et même une taxe de crémation imposée par la commune. Une assurance obsèques pourra vous aider, pensez à lire notre article.

Il est difficile de répondre simplement à la question du coût d’une crémation. Le prix de l’incinération varie en fonction du lieu où a eu lieu la crémation ainsi que des choix de la famille en ce qui concerne l’urne et la cérémonie qui suit la crémation. Le tarif comprend les frais de crématorium, les frais des pompes funèbres et la taxe de crémation.

À combien s’élèvent les frais de crématorium?

Chaque établissement a ses propres tarifs. Le crématorium prend en charge tout le processus d’incinération, depuis la réception du cercueil, jusqu’à la remise de l’urne à la famille. Ce service a un coût que chaque crématorium est libre d’imposer. Pour vous donner une idée du prix d’un crématorium nous avons relevé le tarif de quelques établissements en France. À Caen, le crématorium coûte 491€, 468 € à Dijon, 622 € à Paris, 712 € à Marseille, 623 € à Nantes, 467 € à Lille ou encore 740 € à Tours. Il faut donc compter environ entre 460 et 750 € pour les services du crématorium. Ces frais sont aussi appelés la redevance de crémation, à ne pas confondre avec la taxe de crémation.

Quel est le tarif de pompes funèbres?

En outre des frais habituels qui sont communs à l’inhumation et à la crémation et qui couvrent en général l’ensemble des obsèques, dans le cas de la crémation il faut aussi compter le prix de l’urne et des démarches administratives éventuelles. En effet, les crémations doivent faire l’objet d’une demande préalable au maire du lieu où le corps est préparé.

Les services habituels des pompes funèbres comprennent les prestations de porteurs, de chauffeurs, le choix du cercueil, l’organisation des obsèques et de la cérémonie religieuse ou laïque, la toilette mortuaire et les soins de conservation du corps. Tous ces services ont un prix, qui varie largement, en fonction des choix de la famille. Le tarif évolue en fonction du moindre détail, que ce soit dans le choix des poignées du cercueil, de l’imprimerie, du fleuriste, de l’éventuelle sécurité policière, du travail d’embaumement, du type de transport du corps et les frais de corbillard, du faste de la cérémonie ou des travaux spécifiques sur la sépulture, de la marbrerie etc. Les tarifs des agences de pompes funèbres vont en général de 1 500 à 7 000€. Le prix moyen des funérailles, que ce soit une inhumation ou une incinération, est d’environ 3 500 €, selon UFC-Que Choisir. Pensez à demander votre devis obsèques afin de comparer les prix.

À quoi correspond la taxe de crémation?

En plus de la facturation des services des pompes funèbres et des frais demandés par le crématorium, il reste encore la taxe de crémation à régler. Cette taxe est une imposition fixe, différente d’une commune à l’autre. Cette taxe est déterminée par le conseil communal en fonction de plusieurs critères. La taxe est afférente à la crémation en elle-même. C’est-à-dire que cette taxe n’existe que dans les communes où est implanté un crématorium. L’argent récolté par cette taxe servira à rénover et entretenir les infrastructures.

Comme chaque crématorium connait le prix de la taxe en vigueur dans sa commune, c’est souvent le crématorium qui renseignera le montant à la famille, en l’incluant dans son devis général. Il faut pourtant s’en acquitter auprès des services concernés de la commune en question. Même si chaque ville en choisi la somme, elle s’élève généralement à 300 ou 500 euros. Dans certains cas, la famille peut être exemptée de la taxe. Par exemple, dans le cas où le défunt est mort au service de la patrie, il se peut que la commune fasse l’impasse sur la taxe.

Ce que dit la loi concernant la dispersion de cendres

En plus des frais indiqués, il se peut que vous optiez pour une dispersion des cendres peu conventionnelle et donc coûteuse. Le prix d’un emplacement au columbarium ou d’un enterrement n’est pas le même. Et il est encore plus différent si vous optez pour une dispersion des cendres en mer. D’ailleurs que dit la loi concernant l’avenir des cendres ?

Le statut juridique de l’urne et des cendres qu’elle contient est un peu particulier. L’urne et ses cendres sont considérées comme étant une copropriété familiale, inviolable et sacrée. Cela veut donc dire qu’il y a des règles à respecter en ce qui concerne leur avenir. En France, on ne peut pas faire n’importe quoi avec les cendres. Il existe des lieux de dispersions interdits. Ce sont les fleuves, les rivières et les routes.

En ce qui concerne la dispersion en mer, elle est possible, pour peu que le maire donne son accord. Il faut aussi que la dispersion en mer ait lieu à plus de 300 mètres des côtes. Bien entendu, s’il y a une cérémonie qui accompagne la dispersion, il faut qu’elle respecte toutes les règles maritimes en vigueur. Cette dispersion implique aussi des frais supplémentaires à ajouter au calcul du prix des funérailles.

Notez que depuis 2008, il est totalement interdit de garder l’une chez soi. Conserver une urne funéraire n’est donc pas possible. Par contre, il est possible d’emmener l’urne funéraire dans un autre pays, si la famille habite ailleurs ou si le défunt en avait émis la volonté. Cela veut donc dire que si vous souhaitez conserver l’urne auprès de vous, il vous sera nécessaire de déménager et d’aller habiter dans un pays qui autorise la conservation de l’urne funéraire à domicile.

Quelles sont les différentes traditions de crémation ?

Enfin, le prix des funérailles, dans le cas d’une crémation, dépend du type d’obsèques imposé par les différentes traditions. Toutes les cultures et religions n’acceptent pas la crémation, comme c’est le cas de l’islam et du judaïsme. Quant aux catholiques, aucun aspect de la crémation ne va à l’encontre des croyances et des préceptes religieux. Enfin, se faire crématiser est plutôt courant, lorsque l’on suit la philosophie bouddhiste, puisque le Bouddha lui-même a été crématisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page